Port-au-Prince, lundi 2 juillet 2018 ((rezonodwes.com))– La cour des comptes a fait un aveu d’incompétence en déclarant que les 4 nouveaux ministres ont été comptables de deniers publics avant leur nomination, a fustigé Rénald Lubérice.


Selon Renald Lubérice, conseiller de la présidence et secrétaire général du Conseil des Ministres, la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux administratif (CSCCA) ne peut pas se réveiller un bon matin et décider que tel ou tel fonctionnaire de l’État n’a pas de décharge.

« La Cour a l’obligation d’auditer périodiquement et systématiquement la gestion des ordonnateurs et comptables de deniers publics », a affirmé Lubérice qui admet que le citoyen peut également demander un audit.

« C’est la faute de la Cour des Comptes », a clamé Rénald Lubérice qui, d’ailleurs, exprime des doutes sur la nécessité pour ses collègues du gouvernement d’avoir eu décharge de leur gestion au moment de leur nomination, puisqu’ils continuent à être comptables de deniers publics. Dans le cas de Guyler C. Delva, Lubérice estime que celui-ci n’a pas été ordonnateur ou comptable.

De son coté, Joseph Guyler C. Delva, le Ministre de la Culture et de la Communication, a infirmé, mardi 3 juillet 2018, les allégations laissant croire qu’il aurait besoin de décharge en raison du fait qu’il ait été à la tête d’une commission ayant reçu une subvention de l’Etat haïtien.


Tout en plaidant en faveur de l’indépendance des trois pouvoirs, le Ministre Delva indique que la vérification de l’éligibilité des ministres relève de l’autorité de nomination, à savoir le Pouvoir Exécutif. Sur ce, il affirme que les nominations au sein du gouvernement ont été faites dans le strict respect des prescrits constitutionnels et infirme toute allégation laissant croire qu’il a été comptable de deniers publics avant sa nomination au sein du gouvernement.