This post was originally published on this site

A chaque week-end suffit sa peine. Quand ce ne sont pas des militaires qui sèment la panique à Anse-Rouge, pour démontrer leur savoir-faire d’autrefois, c’est dans des quartiers de la capitale que des gangs armés défient l’autorité de l’Etat

Port-au-Prince, dimanche 8 avril 2018 ((rezonodwes.com))– Durant la semaine, les notes vocales des chefs de gang, promettant de laisser des dizaines de cadavres au sol, avaient inondé les réseaux sociaux en suscitant l`inquiétude des habitants du centre ville et de Martissant.


Il semble que les menaces ont commencé à être mises à exécution ce dimanche après-midi, car selon les informations recueillies par Rezo Nòdwès, des tirs nourris ont été entendus dans plusieurs zones de la commune de Port-au-Prince, principalement le Bicentenaire et les Avenues Bolosse.

Des riverains, pris de panique, ont lancé des appels de détresse à certains de leurs proches qui les ont partagés sur les réseaux sociaux.

Cloîtrés chez eux, ils ont réclamé une urgente opération de la Police Nationale d`Haïti pour chasser les présumés bandits et ramener l`ordre et le calme dans ces quartiers réputés « zone rouge ».


Certains habitants de ces zones ont également affirmé que la situation a dégénéré suite à l`assassinat d`un chef de gang opérant au « Village de Dieu », qui répondait au surnom de « Adly ».