L’homme aux 100 000 emplois prend les rênes de la primature. Passera-t-il à l’histoire comme l’homme aux 100 000 promesses non tenues?


Port-au-Prince, dimanche 5 août 2018 ((rezonodwes.com))– Candidat à la présidence durant les dernières élections présidentielles, le notaire Jean Henry Céant avait promis de commencer dès son intronisation à travailler pour résorber le chômage endémique en Haiti, en embauchant 100 000 jeunes durant les 100 premiers jours de son mandat.

Désigné comme premier ministre par Jovenel Moise, l’un de ses concurrents devenu président, le fondateur du parti Renmen Ayiti va-t-il inclure cette fameuse promesse de campagne dans son énoncé de politique générale devant les parlementaires et la concrétiser pour montrer par là qu’il est un homme de parole?

Pour calmer les esprits « ironiques » et faire rentrer les sourires narquois et douteux, l’équipe de campagne du candidat Céant, à l’époque, avait apporté des explications chiffrées devant prouver la faisabilité de l’objectif des 100 000 emplois.


Pour Pascal Adrien, devenu chef de cabinet du sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue, il était prévu que 45 000 jeunes des dix départements seraient affectés à l’environnement, 10 000 autres devraient être engagés dans l’alphabétisation des adultes et les 45 000 restants seraient déployés au niveau de la frontière pour participer à la lutte contre la contrebande.