La nouvelle vice-présidente du Costa Rica a été consultante internationale de premier plan sur les questions de l’emploi, du genre, des femmes, des droits de l’homme, du développement social des peuples afro-descendants et autochtones et du racisme


San José, Costa-Rica, lundi 2 avril 2018 ((rezonodwes.com))–Avec le triomphe du jeune journaliste, écrivain et politologue Carlos Alvarado (38 ans) à la présidentielle de Costa Rica, grâce à plus de 60% de suffrages exprimés, Epsy Campbell Barr, 54 ans, est devenue vice-présidente du pays.

Économiste et femme politique, Epsy Campbell Barr devient donc la première femme d’origine africaine tenant la vice-présidence dans un pays d’Amérique latine. Dans le cas où Carlos Alvarado quitte le pays ou devrait être absent pour une raison quelconque, Campbell agira comme présidente par intérim.

Epsy Campbell, née à San Jose, a été consultante et conférencière internationale sur les questions de l’emploi, de la condition féminine, des droits de l’homme, du développement social et du racisme.

Campbell, qui a deux filles et une petite-fille, est l’une des figures les plus marquantes des dernières années dans la politique costaricienne et surtout dans son parti, depuis la fondation de celui-ci en 2000.


Elle détient une maîtrise en coopération internationale et a été formée en techniques avancées de gestion et de décision politique. Elle est également diplômée en économie et en administration des affaires de l’Université du Costa Rica.

Campbell a publié des livres et des articles sur la démocratie et l’inclusion, la participation politique et l’économie des femmes, les peuples afro-descendants, le sexisme et le racisme, entre autres.

Elle a été coordonnatrice du Réseau des femmes afro-latino-américaines et afro-caribéennes (1997-2001) et du Forum centraméricain des femmes pour l’intégration (1996-2001) et membre de l’Alliance d’origine africaine en Amérique latine et dans les Caraïbes. Elle est également membre fondatrice du Centre pour les femmes afro-costaricaines et du forum du Parlement noir des Amériques.


«Nous, les femmes du Costa Rica, avons contribué au développement national, nous avons progressé grâce à nos propres efforts, dévouement et capacités», avait déclaré M. Campbell face aux insultes sur les réseaux sociaux et aux attaques du candidat a la présidence Juan Diego Castro qui avait affirmé que les femmes de Costa Rica doivent leur avancement dans le système judiciaire en raison des faveurs sexuelles.

Résultats de recherche d'images pour « epsy campbell »