A Dajabon, ce produit carné est étalé et vendu comme l’un des produits de consommation d’usage normal au marché Binational (vendredi dernier et lundi de cette semaine) par des fermiers dominicains, a dénoncé Paul Alonzo, représentant du secteur des droits humains à la frontière au niveau de Dajabon-Ouanaminthe


Ouanaminthe, mercredi 15 août 2018 ((rezonodwes.com))–Les haitiens, particulièrement ceux-là qui s’approvisionnent en produits carnés des fermiers dominicains vendus au marché bi-national de Dajabon, se trouveraient exposés à toutes sortes de maladies, a mis en garde un représentant des droits humains constatant la prolifération de bactéries dans la viande.

Selon Paul Alonzo, ce produit alimentaire devait être empêché de pénétrer le territoire haïtien et déclaré impropre à la consommation humaine.

« A bord de fourgonnettes, des fermiers dominicains en provenance de La Vega et de Santiago ont apporté au marché Bi-national de la viande avec un niveau élevé de pourriture dégageant des odeurs nauséabondes, à être liquidée à bas prix aux consommateurs haitiens » a confirmé Paul Alonzo, travailleur social et représentant des droits humains.

Alonzo a estimé que les autorités sanitaires devraient superviser ce type de transactions pour lesquelles les consommateurs paient également des taxes à la Municipalité de Dajabon.


Paul Alonzo qui a dressé un bilan très critique d’état des lieux, a en outre révélé que beaucoup de marchandises incluant les cuirs de renforcement, les têtes et d’autres parties du bétail ont des petits vers circulant à la surface et remarquables à l’œil nu. Et pour s’en débarrasser, a-t-il avancé, « la viande est lavée dans un canal de drainage des eaux ménagères et insalubres de la ville juxtaposant le marché bi-national« .

La viande vendue à Dajabon depuis plusieurs jours, constitue une atteinte à la santé humaine, a conclu le représentant des droits humains des haitiens basé à la frontière Ouanaminthe et Dajabon.