L’ex-colonel Himler Rébu, alors Secrétaire d’Etat à la Sécurité Publique, en septembre 2016, lors de la découverte de cette importante cargaison d’armes à la Douane de Saint-Marc, avait promis que cette enquête allait aboutir dans le plus bref délai. En réalité, il se trouve que, 2 ans plus tard exactement, ce sont les autorités américaines qui décident de faire progresser les recherches sur cette affaire déjà enterrée à Port-au-Prince [lire texte de Rezo Nòdwès du 8 septembre 2016]. Junior Joseph et son frère, Jimy Joseph, sont accusés de conspirer pour expédier illégalement les armes dans un vieux camion-citerne Mitsubishi depuis le port de Palm Beach en Haïti, via la douane de Saint-Marc. Un message audio envoyé à l’un des frères Joseph par un « inconnu » depuis Haïti, en septembre 2016, selon le tribunal d’Orlando : « This thing is making a lot of noise, baby. Anyway, don’t include yourself in this, because there is jail time involved. OK?« 


Miami, 6 septembre 2018 ((rezonodwes.com))–Cette découverte d’armes, le jeudi 8 septembre 2016, dans un véhicule qui se trouvait sur le parking de l`APN, était survenue exactement un mois, avant la tenue du scrutin présidentiel prévu pour le 9 octobre 2016. Aujourd’hui, l’on apprend que les frères Joseph (Jimy et Junior (US Marine), résidant tous deux à Orlando en Floride, étaient derrière l’envoi de cette cargaison d’armes vers Haïti.

Selon la chaîne de télévision WFTV9 affiliée à ABC, le propriétaire d’un magasin de vente d’armes à feu d’Orlando et son frère font face à des accusations relativement à l’envoi illégal d’armes à feu vers un autre pays.

Les frères Joseph sont accusés de remplir un camion avec plus de 150 armes à feu, y compris des fusils de chasse et des fusils d’assaut, et des munitions et de les expédier de Palm Beach en Haïti.

Alors que ce chapitre était clos pour la justice haïtienne (administration Privert-Jean Charles) réputée pour « l’enquête se poursuit« , deux ans plus tard, des documents d’un tribunal de la Floride, révèlent que Junior Joseph, propriétaire d’un magasin d’armes à feu à Orlando, et son frère seraient derrière cette expédition de marchandise d’outre-mer.


« Eh bien, cela me surprend car, comme je l’ai dit, Junior est aussi un Marine, et je ne savais pas qu’il était impliqué dans quelque chose comme ça« , a déclaré Rodney Shepherd, propriétaire d’un gymnase à proximité.

Par ailleurs, le site internet Global Dynasty Corps, un magasin de vente d’armes à feu en ligne, vante les mérites de Junior Joseph comme instructeur et détenteur d’un diplôme en Justice pénale.

Les documents du tribunal ont révélé que les hommes ont utilisé WhatsApp pour correspondre avec des personnes en Haïti, y compris un homme politique, au sujet de l’expédition de la cargaison d’armes. Notons qu’en septembre 2016, le nom du sénateur du Sud, Hervé Fourcand, du parti PHTK-Tèt Kale, était cité dans l’affaire.


Après la découverte du camion d’armes et de munitions à Saint-Marc, le 8 septembre 2016,, a rapporté la télévision WFTV9, l’un des frères Joseph a trouvé un message pré-enregistré d’un inconnu envoyé depuis Haïti disant : «Ce truc fait beaucoup de bruit, bébé. De toute façon, ne vous mêlez pas à cette histoire. Il y a des risques d’aller en prison. OK ? «  « This thing is making a lot of noise, baby. Anyway, don’t include yourself in this, because there is jail time involved. OK? »