Tout ce qu’ils font de mieux, c’est de prendre du bon air, commente un journaliste dominicain. Le constat est sans appel, à en croire un reportage de ce journaliste révélant que « le consulat haïtien dans cette ville est apparemment un bureau de luxe vu que les employés de ce corps consulaire ne travaillent pas« 


Dajabon, dimanche 2 septembre 2018 ((rezonodwes.com))–Dans le panier des bureaux de luxe de service national qui seraient d’une complète inutilité, on retrouve également le ministère des haitiens vivant à l’étranger. A cette liste, la presse dominicaine a ajouté le consulat haïtien de Dajabon qui ne défend presque plus les intérêts de ses concitoyens habitant ce territoire voisin.

Selon le journaliste dominicain Elvin Carrasco, décrivant la ville de Dajabon comme un asile d’aliénés, à cause de l’invasion de ce lieu par plusieurs personnes avec déficience mentale, en particulier des haitiens, « les employés du Consulat, bien souvent, ne répondent pas aux appels des expatriés quand ils se retrouvent dans des situations difficiles et inconfortables, ils laisssent sans défense leurs compatriotes« .

« Nous avons pu promener nos caméras et avons pu observer des groupes d’infortunés haitiens vivant des situations intenables, dont la plupart dorment à la belle étoile, dans les parcs publics où ils font leurs besoins physiologiques« , a noté le journaliste Carrasco, dressant un sombre tableau de la réalité haïtienne à Dajabon sous l’indifférence du personnel du consulat.


Rezo Nòdwès a vainement essayé de contacter le consulat haïtien de Dajabon pour avoir sa version des faits surtout quand le reporter dominicain a conclu son papier en révélant qu grand jour que « le bureau du consulat haïtien de Dajabon est un bureau de fantaisie, un lieu de luxe et que le plus grand travail accompli par son personnel est (estar bajo aire) de respirer le bon air« .