Dr Guy Jack Lafontant donne signe de vie. Pour la première fois depuis l’annonce de la démission fracassante de son équipe gouvernementale Tèt kalé 2, le 14 juillet dernier, lors d’une séance de convocation au goût amer et inachevé, pour certains parlementaires, le Premier-ministre Jack Guy Lafontant que le président Jovenel Moise lui cherche avec effarement un remplaçant, interdit toute nouvelle nomination dans l’administration publique

Port-au-Prince, mercredi 25 juillet 2018 ((rezonodwes.com))–Dans une circulaire datée du 20 juillet mais rendue publique quatre jours après, Dr. Jack Guy Lafontant, lâché par la majorité présidentielle à la Chambre basse, a prouvé qu’il est encore aux commandes et a donné instruction à des fonctionnaires subalternes de suivre à la lettre des mesures spéciales sur la période de l’ expédition des affaires pendantes.

Définissant à sa façon l’ultime mission d’un gouvernement démissionnaire, en l’absence dune loi-cadre sur la « liquidation des affaires courantes« , M. Lafontant rappelle à l’ordre ses ministres sur « les voyages à l’extérieur du pays » qui sont désormais suspendus. De ce fait, a-t-il précisé, « les cas urgents découlant de nécessité impérative pour l’Etat, feront l’objet d’autorisation spéciale« .

Plus loin, sans mentionner ouvertement les rumeurs de nombreuses nominations (maché présé) à la va-vite dans des institutions publiques, le PM démissionnaire, probablement dans sa dernière feuille de route, a manifestement interdit « toute nouvelle nomination ou embauche par contrat dans l’administration publique« .

En fin de compte, Jack Guy Lafontant qui s’est donné en spectacle public à la Chambre des Députés, le samedi 14 juillet 2018, avec une séance d’interpellation toujours inachevée, exhorte ses ministres à « redoubler de vigilance en veillant (…) à l’image de l’Administration à travers une gestion responsable et prudente« .

M. Lafontant, dans cette circulaire #19, n’est à aucun moment revenu sur la publication des rapports d’enquêtes judiciaires promis par le président Jovenel Moise, notamment celle sur la surfacturation de kits scolaires qui a coûté plusieurs millions de gourdes aux contribuables.

Toutefois, il est à remarquer que la circulaire « relative aux mesures spéciales sur la période de l’expédition des affaires courantes » est imprimée sur papier à en-tête de la Primature (Le Premier Ministre) avec armoiries de la République, contrairement à la lettre de la démission de Guy Jack Lafontant, rédigée sur une feuille volante qu’on pourrait aisément assimiler à un tract.