Certains voient dans l’élection d’Eric Jean-Baptiste un péché capital : “un petit marchand de borlette versus des professeurs de niveau universitaire”. L’homme d’affaires Garry Muzeau fait le point sur cette situation dans une lettre ouverte au concerné

Vendredi 31 août 2018 ((rezonodwes.com))– Monsieur le Secrétaire Général du R.D.N.P.,

J’ai pris l’initiative de vous adresser cette correspondance en qualité de simple citoyen, profondément blessé par les mobiles qui sous-tendent les convulsions qui traversent la société haïtienne de nos jours, en quête de la vraie voie de sortie. Il est en effet aberrant que trente-deux ans après le renversement de la dictature des Duvalier le pays n’arrive pas a trouver la bonne formule pour unir ses fils, toutes catégories sociales confondues, et ensemble entreprendre la marche vers le développement, le progrès et la prospérité continus.


Or la nostalgie de ce passé tristement célèbre qui aurait dû se muer longtemps déjà en lointain souvenir cauchemardesque revient sans cesse hanter tantôt notre sommeil, tantôt notre cadre de réflexion. Nécessité oblige, le divorce avec ce cercle vicieux doit être consommé pour que nous puissions nous transcender et épouser un projet de société conçu avec tous ses mécanismes de fonctionnement, étalé sur une longue période avec ses projections de résultats à court, moyen et long terme.

Pour connaître ce vrai démarrage, il est impératif que le peuple contribue pleinement à l’avènement d’un dirigeant qu’il aura choisi de son plein gré, sans influence externe, porteur de cette nouvelle vision qu’il aura réussi à incarner dans l’imaginaire collectif. J’ai passé en revue minutieusement les différents partis et plates-formes politiques qui militent sur le territoire national a l’heure actuelle et j’en ai déduit que la formation politique la mieux préparée à jouer cette partition était le R.D.N.P. Il se peut bien que cette espérance n’accouche pas les fruits escomptés, car je me suis déjà fourvoyé en 2015 en supportant le président Jovenel Moise, Cependant, comme il est humain de se tromper, je me suis relevé et décide cette fois-ci d’embrasser la cause que votre parti a pris la détermination de défendre et de gagner sous votre gouverne en qualité de Secrétaire Général en vue de construire un nouveau pays.

Avant de poursuivre, mon cher Eric, je tiens à galvaniser votre détermination et à décupler votre énergie dans l’exercice de vos nouvelles fonctions de chef de parti et de quel parti: le R.D.N.P., une formation politique qui se passe de présentation dans le monde entier. Vous êtes déjà au courant qu’à la minute suivant votre élection vous vous êtes créé un nombre incommensurable d’ennemis de tout horizon, de toute couleur et de toute tendance. Vous n’ignorez pas également qu’une nuée de flèches empoisonnées vont pleuvoir sur vous constamment et que des commérages méchants, mensongers et gratuits vont pendant longtemps alimenter les conversations et aussi souvent que l’occasion se présentera vont vous être jetés au visage en plaisantant ou en vous critiquant hargneusement. Deux raisons principales et mille autres secondaires motivent cette intempestive levée de boucliers: la jalousie provoquée par votre élection et le péché capital que vous avez commis en remplaçant les Manigat à la tête du parti. “un petit marchand de borlette versus des professeurs de niveau universitaire”.


En toute occasion, gardez votre calme, Vous vous sentez indigné, prenez un grand verre d’eau pour retrouver votre sérénité, souvenez-vous de ce qui suit et je vous conjure de le lire avec beaucoup d’attention Après s’être présenté à trois élections qu’il perdit, Luis Inacio Lula da Silva, petit métallurgiste de profession, co-fondateur du Parti des Travailleurs acceda a la présidence du Brésil en 2003. Et il fut réélu en 2007. A la fin de son deuxième mandat, Dilma Rousseff, sa chef de cabinet lui succéda. Il transforma tant et si bien les conditions de vie des classes laborieuses brésiliennes que le pays fait partie intégrante désormais du BRICS (une association dite des pays émergents à forte croissance qui comprend le Brésil, la Russie, l’Inde, La Chine et l’afrique du Sud ou encore South Africa). Et la cerise sur le gâteau, savez-vous à qui il avait succédé? Au grand Fernando Henrique CARDOSO, un citoyen brésilien que le prestigieux magazine britannique Prospect classe dans la liste des cent un plus grands intellectuels vivants.

En résumé,de quoi devez-vous vous soucier dorénavant? De vos obligations quotidiennes régulières, de la consolidation et de la promotion du parti dont vous avez la charge de conduire à la victoire car l’objectif final de tout parti politique est la conquête du pouvoir. En sus des stratégies innovantes que les membres du parti ne vont pas manquer de développer pour renforcer le parti, en votre qualité de nouveau secrétaire général votre responsabilité première consiste à imprimer une nouvelle dynamique au parti, non en chambardant tout, mais en travaillant à l’exposition du programme du parti par des séances en formation citoyenne et des membres d’une formation politique, séances tenues dans un langage simple, chaleureux et convaincant,en organisant des campagnes de recrutement de nouveaux adhérents, après la visite obligée que vous DEVEZ rendre à chaque département dans le but de féliciter les membres de vous avoir accordé leur vote par le biais de leur délégation respective pour devenir le nouveau secrétaire général Il faut travailler à la modernisation du parti, l’ informatiser pour le rendre plus attrayant et vraiment interactif, produire un journal en ligne, concevoir un thème rassembleur. Nous sommes encore loin de la période électorale a quelque niveau que ce soit.


Cependant, comme il a toujours été relaté au sujet du mode de fonctionnement des formations politiques au pays, en période sèche id est lorsque rien n’est prévu au calendrier électoral la mobilisation n’est jamais à l’ordre du jour Sous votre férule le R.D.N.P doit se convertir en un parti dynamique, mobilisée en permanence. Et enfin, même si les compétence du parti sont sollicitées dans la formation du prochain gouvernement qui sera constitué il s’avérerait dangereusement imprudent d’y participer. Le parti est actuellement en position de force sur l’échiquier politique, point n’est besoin de l’affaiblir par une participation disparate qui pourrait compromettre son avenir immédiat.

J’ai tenté au mieux de mes capacites de vous soumettre des pistes susceptibles de contribuer à la mise en marche de la machine R.D.N.P. dans son voyage vers la prise du pouvoir. J’espère de tous les fibres de mon coeur avoir fait oeuvre qui vaille. Si le but n’est pas atteint, j’aurai au moins essayé puisqu’il ne suffit pas d’espérer pour entreprendre ,ni de réussir pour persévérer. Le combat pour un monde meilleur se doit d’être permanent.

Patriotiquement

Garry Muzeau
garry@toursinhaiti.com
www.toursinhaiti
+509.3444.2571