Une étude de la BID exhorte les gouvernements des pays de l’Amérique latine et des Caraïbes à anticiper les conséquences de l’intelligence artificielle sur les marchés du travail

Buenos Aires, dimanche 2 septembre 2018 ((rezonodwes.com))– Selon une étude de la Banque interaméricaine de développement (BID), l’intelligence artificielle peut faciliter les négociations commerciales et ajouter un point de croissance supplémentaire aux économies d’Amérique latine et des Caraïbes.


L’étude, réalisée par l’Institut pour l’intégration de l’Amérique latine et des Caraïbes (INTAL) de la BID, prévoit que l’intelligence artificielle pourrait, à moyen terme, faire passer le PIB régional à 4% par rapport aux prévisions actuelles de 3%.

Le Brésil, par exemple, pourrait connaître une croissance de 4,1% par an au lieu de 3,2%. L’économie colombienne pourrait connaître une croissance de 4,5% au lieu de 3,7%. Dans l’ensemble, la croissance économique des pays qui adoptent l’intelligence artificielle devrait être supérieure de 25% en moyenne à celle des pays qui n’en utilisent pas, selon le rapport.

Selon Algorithmlandia, près de la moitié de cette augmentation provient de l’amélioration de la productivité, les travailleurs consacrant plus de temps aux tâches qui apportent une valeur ajoutée. Le rapport, qui contient les contributions de 40 experts en intelligence artificielle, avertit également que l’intelligence artificielle apportera des considérations éthiques difficiles et des défis sur le marché du travail.

« L’intelligence artificielle est beaucoup plus qu’une nouvelle mode technologique », a déclaré Gustavo Beliz, directeur d’INTAL. «C’est un hybride unique de travail et de capital. C’est une force de production entièrement nouvelle, capable de s’enseigner elle-même. Ces nouvelles technologies doivent être intégrées à nos processus de production et à nos exportations. Ne pas le faire signifie prendre du retard sur les économies plus développées. »

De meilleures négociations commerciales


Le rapport prédit l’émergence d’une «nouvelle diplomatie commerciale» où les négociations commerciales complexes sont simplifiées et les chaînes d’approvisionnement deviennent plus productives. L’intelligence artificielle peut y parvenir en analysant de grandes quantités de données relatives, entre autres, aux flux commerciaux, aux tarifs, aux règles d’origine et aux réglementations sanitaires. L’intelligence artificielle peut aider à trouver des zones de consensus dans les négociations commerciales multilatérales difficiles. À l’aide d’outils d’analyse anticipatoire, l’intelligence artificielle peut également élaborer des scénarios sophistiqués de commerce régional prédictif. Les modèles d’intelligence artificielle ont une capacité prédictive 300% supérieure à celle des modèles économétriques traditionnels.

Sur les marchés de la finance et des capitaux, les algorithmes peuvent être à 95% plus efficaces pour prédire le profil de risque des investisseurs. L’intelligence artificielle peut aider la région à réduire les écarts de connectivité des infrastructures physiques. Grâce à l’utilisation de capteurs et de l’internet des objets, l’intelligence artificielle peut affecter des emplacements de conteneurs de port en temps réel pour optimiser la gestion des stocks. La consommation d’électricité peut être réduite jusqu’à 10% en utilisant des réseaux intelligents capables de mieux adapter l’offre à la demande.

En matière de santé, le diagnostic des maladies grâce à la reconnaissance d’image présente un taux de précision de 96%.

Personnaliser les plans d’éducation à l’aide de l’intelligence artificielle réduit les coûts de correction de 40% et augmente le taux de réussite aux examens de 15%.

Conséquences sur le marché du travail

L’intelligence artificielle apporte également d’importants défis politiques et éthiques. Le risque de perte d’emploi lié à l’automatisation varie entre 10% et 65% de la population active. Algorithmlandia offre une nouvelle façon de mesurer ce risque en tenant compte, entre autres, des niveaux de formation, des structures de production de l’économie et du ratio de robots par travailleur industriel.


Entre 36% et 43% des emplois pourraient être perdus en raison de l’intelligence artificielle en Amérique latine – plaçant la région au centre des prévisions les plus optimistes et les plus pessimistes. Les pays avec un PIB par habitant plus faible et une plus grande inégalité risquent davantage de subir des pertes d’emplois, selon le rapport.

«Pour mieux gérer la transition pour les travailleurs déplacés, les gouvernements doivent mettre en place des politiques et des plans stratégiques conçus pour l’intelligence artificielle», déclare Gustavo Beliz, de l’INTAL. «Et une« rébellion »d’intelligence artificielle peut paraître un peu exagérée, mais nous devons anticiper les risques éthiques liés à la gestion, à la production et à l’analyse des données. L’intelligence artificielle peut nous apporter la prospérité, mais nous devons nous assurer que nous le faisons d’une manière sûre et inclusive ».