Avec l’éclatement presque chaque jour de nouveaux scandales de corruption dans l’administration publique haïtienne, notamment au niveau du Parlement qui vit de scandale de dénonciations et de contre-dénonciations, le président du Pérou, Martin Vizcarra, semblerait jusqu’à présent prendre le dessus sur son homologue d’Haïti qui avait promis en avril dernier, lors du Sommet des Amériques, de prendre des mesures concrètes contre la corruption« Nous devons tous travailler ensemble sur cette question, et ces manifestations qui se déroulent à travers le pays ont mon soutien parce qu’ensemble nous devons lutter contre la corruption », a ajouté Vizcarra


Lima, jeudi 19 juillet 2018 ((rezonodwes.com))–Le président Martin Vizcarra a affirmé jeudi qu’il soutient toutes les manifestations organisées par les Péruviens pour protester contre la corruption établie dans le système judiciaire, car, a-t-il avancé, la lutte contre ce fléau doit être une tâche conjointe.

Le président péruvien a tenu ces propos lors de sa participation à une cérémonie de reconnaissance et de gratitude organisée par l’Université Nationale d’Ingénierie (UNI) à Lima.

« Les mauvais éléments qui cherchaient à corrompre tout le monde seront bientôt identifiés« , s’est exprimé le président prédisant des jours difficiles à venir en vue d’arriver à mettre ces éléments hors de nuire.

« Nous nous sommes axés sur la lutte contre la corruption, mais cela (combat) doit non seulement inclure le pouvoir exécutif, mais aussi les pouvoirs judiciaire et législatif« , a noté le haut fonctionnaire péruvien.


En outre, il a rappelé que le pouvoir exécutif avait clairement demandé au Parlement législatif d’assumer sa pleine et entière responsabilité en procédant au renvoi des membres corrompus du Conseil National de la Magistrature (CNM). Parallèlement, au cours d’un séjour à Paris en décembre 2017, le président Jovenel Moise avait révélé qu’une cinquantaine de juges corrompus intègrent le système judiciaire haïtien.

Plus loin, un rapport d’enquête sur la surfacturation de kits scolaires, ce qui équivaudrait au détournement de plusieurs millions de gourdes, promis par le président Moise depuis décembre 2017, n’a jamais été publié.