Tentative échouée du nouveau premier ministre nommé pour retrouver une nouvelle virginité sur le net : Bye bye anciens amis! A la poubelle anciennes déclarations de guerre contre Jovenel Moise…

Port-au-Prince, lundi 6 août 2018 ((rezonodwes.com))– Jean-Henry Céant ne badine vraiment pas avec les jobs. S’il en a promis 100 000 aux jeunes désœuvrés d’Haiti, il vient de montrer qu’il se battra du bec et des ongles pour décrocher le sien à la Primature, dont les bureaux avoisinent le fief du célèbre Anel, chef de gang tout puissant de Cité de Dieu.


Sitôt désigné premier ministre par le chef de l’état, Jovenel Moise, le notaire a entrepris une cure de jouvence sur ses comptes de réseaux sociaux, une façon pour l’ancien membre du G8 de faire oublier son passé d’opposant farouche à l’avènement au pouvoir de son actuel bienfaiteur.

Vite fait, tous les anciens tweets de Céant se sont volatilisés dans la nature. Ni vus ni connus. Mais ceux qui ont été déjà dupliqués intelligemment par ses pourfendeurs ont eu le temps de faire revivre les bons moments et les belles promesses du nouveau patron en devenir du prochain cabinet ministériel.

Ayayay! Il est vraiment impossible de retrouver une virginité perdue avec ces impénitents du net qui sont même allés dénicher l’auteur de cette tentative de nouvelle naissance qui en a pris pour son compte de la part des micro-blogueurs comme Dimitri Vorbe et Carel Pèdre.


Séphane Vincent, puisqu’il faut appeler le technicien des réseaux sociaux aux doigts de prestidigitateur par son nom, a tout fait pour convaincre la twittosphère du bien-fondé de ce nouveau tour de passe-passe, situé entre le reniement et l’arrivisme. Mais, ses démonstrations n’ont pas pu clore le débat.

Les critiques ont plu comme la pluie et la grêle qui ont accompagné la nomination du chef de Renmen Ayiti au poste de deuxième chef de l’Exécutif haïtien.  Des échanges au vitriol qui, il faut le dire, se sont terminés jusqu’au petit matin, avec des diatribes personnelles et en dessous de la ceinture en mode ping-pong avec le fondateur de Chokarella.

Mais, ceci est une autre guerre qui ne nous intéresse guère!