Ils seraient plus d’une dizaine d’étrangers inculpés de blanchiment d’argent aux Etats-Unis. Pris en filature par des services spéciaux, les américains ont pu démasquer un réseau qui serait formé d’anciens fonctionnaires du régime Chavez et des cadres de l’industrie du pétrole au Venezuela. Ils sont accusés de détourner plus de $1, 2 milliard de la compagnie pétrolière publique du Venezuela (PDVSA) et de venir blanchir cet argent aux Etats-Unis en faisant l’acquisition de plusieurs biens et immobiliers à Miami y compris un condo Porsche Design Tower à Sunny Isles Beach. Comme en témoigne l’acte d’accusation, la «conspiration» a commencé en décembre 2014 avec un plan visant à détourner environ $600 millions de dollars de PDVSA «obtenus grâce aux pots-de-vin et fraude».


Miami, lundi 30 juillet 2018 ((rezonodwes.com))–La PDVSA (Petróleos de Venezuela, S.A.) qui aurait fait, à travers PetroCaribe, de multiples heureux chez des autorités haïtiennes de Préval à Privert en passant par les administrations Martelly/Laurent Lamothe-Evans Paul, impliquées dans la dilapidation de plus de $3 milliards de ce fonds, selon un rapport de deux commissions sénatoriales, est à son tour dans le collimateur de la justice américaine.

Les Etats-Unis ont annoncé avoir procédé mercredi dernier à l’arrestation à Miami et en Sicile, en Italie, de 2 personnes accusées de participer à un « plan international de blanchiment de fonds détournés de la PDVSA au Venezuela pour acquérir des complexes dans le Sud de la Floride« , a rapporté sur son site internet, The USA Department of Justice.

Les procureurs fédéraux ont déclaré que les enquêtes ont révélé « des stratagèmes sophistiqués de faux investissements pour blanchir des centaines de millions de dollars américains » à travers une tactique: l’achat de biens immobiliers à Miami.


Les deux principaux présumés accusés de « conspiration » à ce complot répondent au nom de Matthias Krull, germano-vénézuelien, âgé de 44 ans. M. Krull est un banquier habitant le Panama et l’autre accusé est un colombien du nom de Gustavo Adolfo. Celui-ci a 45 ans.

Mais ils ne sont pas les seuls, à en croire BBC News Mundo, qui a eu accès aux documents judiciaires. Selon le média britannique, les noms de neuf (9) autres « co-conspirateurs non identifiés » ont été mentionnés, ainsi que six (6) autres accusés identifiés comme des chavistes de première heure ou d’employés de la compagnie de pétrole du Venezuela (PDVSA).

Parmi ces derniers, la justice américaine, sur son website, a fait référence à Carmelo Urdaneta Aqui, qui fut un conseiller juridique auprès du ministère vénézuélien du pétrole et des mines, et à Abraham Ortega, ancien directeur exécutif des finances chez PDVSA.

Les autres membres du réseau, actuellement en fuite et recherchés, selon les autorités américaines, sont respectivement les vénézuéliens Convit Guruceaga et José Vincente Amparan Croquer; le Portugais Hugo Andre Ramalho Gois et l’Uruguayen Marcelo Federico Gutiérrez Acosta et Lara.


Le gouvernement de Nicolas Maduro qui a autorisé son homologue haïtien Jovenel Moise, à puiser encore dans les fonds PetroCaribe, malgré sa mauvaise gestion éclaboussée par un scandale de corruption et de dilapidation, n’a pas encore réagi aux accusations des américains sur les récentes arrestations de ses anciens employés formant ce réseau de blanchiment d’argent découvert et dénoncé.